Questions et réponses

*English will follow

 

1. Pourquoi l’UOF est-elle nécessaire?

Les francophones de l’Ontario désirent une université autonome de langue française depuis plus de 40 ans pour compléter le continuum en éducation, du primaire à l’université. L’Université de l’Ontario français (UOF) est donc un projet phare pour les francophones de la province. L’Ontario compte plus de 600 000 francophones, représentant un mélange d’Ontariens de nombreuses générations, de personnes d’autres régions du Canada et d’immigrants. L’Ontario garantit aux francophones un enseignement dans leur langue et gère des commissions scolaires dans toute la province pour soutenir cette minorité linguistique protégée par la Constitution. À peu près de la même manière que,

  • les 800 000 anglophones du Québec ont trois universités;
  • les 40 000 francophones du Manitoba ont une université;
  • les 235 000 francophones du Nouveau-Brunswick comptent une université (sur trois campus); et,
  • les 30 000 francophones de la Nouvelle-Écosse ont une université.

Plus de 600 000 francophones de l’Ontario ont besoin de leur première et unique université francophone indépendante.

Le Conseil de planification pour une université de langue française de 2016 a été précédé par cinq années d’études par deux comités consultatifs distincts du gouvernement. Les deux ont conclu qu’une université était nécessaire pour répondre aux besoins de la région du Grand Toronto et du sud-ouest de l’Ontario. Une étude indépendante commandée par le gouvernement en 2017 a également montré une forte demande d’étudiants et de marchés pour la région du Grand Toronto et le sud-ouest de l’Ontario. D’autres études gouvernementales ont démontré l’inégalité dont souffrent les communautés francophones de l’Ontario.

Ce besoin a été reconnu par tous les partis politiques et a reçu un soutien à la législature de l’Ontario. Lorsque l’université a été présentée à l’initiative du gouvernement provincial précédent, elle a reçu l’appui de tous les partis. Lors de la dernière campagne électorale provinciale, l’université a également reçu le soutien de tous les partis. Notre premier ministre actuel, Doug Ford, s’est publiquement engagé à soutenir l’université avant les élections et a fait de même lors de son élection au poste de premier ministre. Ses ministres, dont Merrilee Fullerton (Formation, collèges et universités) et Caroline Mulroney (Procureur général et ministre des Affaires francophones), se sont également engagées publiquement à soutenir l’université.

L’UOF a une vocation provinciale et une mission spéciale, inscrite dans la loi qui l’a créée à la législature de l’Ontario. Elle doit offrir une gamme de diplômes universitaires et un enseignement en français afin de promouvoir le bien-être linguistique, culturel, économique et social de ses étudiants de la communauté francophone de l’Ontario. Elle vise à remplir cette mission en offrant à tous les francophones de l’Ontario désireux d’étudier en français, aux autres Canadiens ainsi qu’aux étudiants internationaux la possibilité d’apprendre, de vivre et d’étudier en français. Son premier campus sera au centre-ville de Toronto, mais son rayonnement sera plus étendu.

2. Y a-t-il suffisamment d’étudiants et d’exigences pour justifier de poursuivre le projet?

Oui. À l’heure actuelle, la région du grand Toronto et le sud-ouest de l’Ontario comptent plus d’un quart de million de francophones. De nouvelles écoles francophones ouvrent à chaque année. Les commissions scolaires francophones de cette région gèrent 110 écoles primaires et 35 écoles secondaires comptant plus de 40 000 élèves. Plusieurs milliers d’autres étudient dans des écoles d’immersion française, avec une croissance annuelle importante du nombre d’étudiants inscrits à ces programmes. Lorsque l’on prend en compte des francophones d’autres régions de l’Ontario, du reste du Canada et des étudiants internationaux, il est difficile d’affirmer que les inscriptions ne seraient pas suffisantes pour soutenir une université francophone relativement petite à Toronto.

3. Est-ce durable et combien ça coûte?

Oui. Le plan d’affaires de l’université a été élaboré en étroite collaboration avec les mêmes hauts fonctionnaires du ministère qui gèrent le financement de l’ensemble du système universitaire. Les coûts de démarrage de l’université sont prévus à hauteur de 84 millions de dollars sur huit ans, dont la moitié devrait provenir de fonds fédéraux. Le coût annuel moyen pour l’Ontario est d’environ 5 millions de dollars sur 8 ans. Ces coûts de démarrage représentent environ 0,07% des quelque 6,8 milliards de dollars dépensés uniquement en 2017-2018 pour l’éducation postsecondaire. En d’autres mots, mettre un terme aux activités de l’Université n’entraînera aucune économie importante, mais entraînera probablement une perte nette du fait de l’abandon de l’activité économique.

4. Offrira-t-elle des cours dans des domaines professionnels? Est-ce que l’UOF prévoit coopérer avec d’autres institutions?

Oui. L’université a donné suite à sa première priorité en concevant des programmes novateurs, axés sur l’apprentissage expérientiel et coopératif, qui préparent les étudiants à s’inscrire à des programmes professionnels. Une première série de programmes de niveau baccalauréat, fruit du travail de professeurs oeuvrant au Canada et ailleurs dans le monde, a été soumise au début octobre aux instances provinciales pour approbation.

L’UOF a aussi le mandat d’offrir des programmes à caractère professionnel, de qualité, en français, en capitalisant sur les programmes et les ressources des universités qui veulent établir un partenariat à cet effet avec elle. Des discussions sont déjà en cours afin d’établir des collaborations avec les universités suivantes :

  • Formation alternative des enseignants (à la demande des commissions scolaires francophones et du ministère de la Formation et des Collèges et Universités) : un groupe de travail réunit plusieurs experts, dont des partenaires de l’Université de Hearst (fédérée avec l’Université Laurentienne).
  • Common law et travail social, en partenariat avec l’Université d’Ottawa.
  • Maîtrise en counseling, en partenariat avec l’Université Saint-Paul (fédérée avec l’Université d’Ottawa).
  • Maîtrise en enseignement, en partenariat avec l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario (Université de Toronto).
  • Un programme de formation et de certification des compétences en français destiné aux étudiants des universités anglophones, dans des domaines tels que les sciences de la santé, la pharmacie, la dentisterie et la nutrition, afin de les préparer à travailler dans des environnements bilingues.

L’UOF a entamé des discussions avec d’autres universités de l’Ontario (l’Université de Hearst, l’Université Saint-Paul et l’Université de Sudbury) afin d’explorer les possibilités d’affiliation ou d’autres modèles d’association pouvant bénéficier à toutes les parties et de créer un réseau universitaire francophone ontarien.

5. L’université existe-t-elle déjà?

Oui. La loi créant l’université a été adoptée en décembre 2017 et est toujours en vigueur. Ses premiers employés ont commencé à travailler dès novembre 2017 et préparent l’université à accueillir sa première cohorte d’étudiants en 2020. Une centaine de professeurs et de spécialistes du Canada et du monde ont contribué à la conception de l’approche pédagogique, des programmes, des politiques et des règlements de l’université. Le gouvernement de l’Ontario a nommé le premier conseil de gouvernance de l’université en avril 2018 et ce dernier est engagé à assurer le succès de son université par ses comités et ses relations avec le milieu. L’UOF est en train de nouer des partenariats avec d’autres établissements d’enseignement postsecondaire, a conclu un accord de principe sur un site pouvant accueillir ses premiers étudiants, a constitué son premier conseil consultatif étudiant et a également soumis ses programmes pour approbation au ministère de la Formation et des Collèges et Universités.

6. Si le gouvernement a déjà fermé 3 nouveaux campus approuvés à Milton, Brampton et Markham, pourquoi l’UOF devrait-elle rester ouverte?

L’UOF regrette que les nouveaux campus proposés des universités déjà existantes en Ontario n’aient pas reçu de soutien gouvernemental. Certaines de ces universités touchées ont déjà indiqué leur intention d’aller de l’avant avec leur projet, et l’UOF soutient toute offre accrue de l’enseignement dans toute la province. Il devrait toujours être plus facile, moins cher et plus accessible de recevoir une éducation en Ontario.

Tout en partageant de nombreuses similitudes avec ces trois campus, l’UOF est également différente à bien des égards. Premièrement, les trois campus étaient des projets proposés par des universités déjà existantes dont les opérations de base et les campus d’origine ne sont pas affectés par la décision. De même, la décision du gouvernement d’annuler les trois campus ne remet pas en cause l’existence des universités elles-mêmes. L’arrêt proposé du soutien à l’UOF mettrait un terme à la dynamique actuelle et réduirait la confiance des partenaires engagés en Ontario, partout au pays et à l’étranger. Cette perte de vitesse mettrait gravement en péril la création future de l’université.

Deuxièmement, l’UOF a pour but de servir tous les étudiants de l’Ontario, du Canada et même de l’étranger qui souhaitent étudier en français à Toronto. Il s’agit d’une mission spéciale qui a une portée et une signification à l’échelle de la province. Même si elle est située à Toronto, l’université fournira un accès aux francophones de l’ensemble de l’Ontario qui n’ont actuellement pas d’institution francophone, que ce soit un emplacement physique ou en ligne. Il est également important de noter que l’UOF a déjà engagé des discussions avec d’autres universités de la province telles que l’Université de Hearst, l’Université Saint-Paul et l’Université de Sudbury afin d’explorer les possibilités d’affiliation ou d’autres modèles d’association. Enfin, l’UOF a déjà des employés, un emplacement physique existant et devait ouvrir ses portes le plus tôt possible, en 2020.

7. Pourquoi avons-nous besoin de cette université s’il existe déjà des programmes en français dans d’autres universités?

Plusieurs autres universités, dont Ottawa et la Laurentienne, offrent une expérience et une programmation bilingues en français. Cependant, bien qu’il existe deux collèges entièrement francophones et une université régionale plus petite à Hearst (fédérée à la Laurentienne), il n’y a pas d’université francophone totalement indépendante en Ontario. La plupart des quelque 300 programmes bilingues et francophones existants en Ontario sont offerts par l’Université d’Ottawa à l’est et par l’Université Laurentienne dans le nord. Pour sa part, le Collège Glendon à Toronto mise davantage sur des formations dans une perspective bilingue.

Ce contexte oblige les étudiants qui souhaitent étudier en français en Ontario au niveau universitaire à ne fréquenter que quelques universités où la programmation peut être limitée et où ils étudient aux côtés d’un nombre beaucoup plus grand d’étudiants anglophones qui ont souvent un choix de programmes beaucoup plus vaste. Les deux principales universités bilingues comptent une majorité d’étudiants anglophones. Par conséquent, une université entièrement francophone est nécessaire pour aider ceux qui souhaitent étudier en français en Ontario dans un environnement francophone.

L’UOF cherche à combler ce vide et à développer son propre espace en développant des partenariats avec des institutions de langue française et de langue anglaise en Ontario, au Canada et ailleurs dans le monde, ce qui créerait des avantages significatifs pour tous ses étudiants.

8. Est-ce que l’UOF va contribuer à former en français les étudiants de la majorité anglophone?

L’UOF a aussi pour mandat de soutenir les étudiants francophones et francophiles (immersion, français enrichi) inscrits dans les universités de langue anglaise de la région du Centre Sud-Ouest, en leur offrant une opportunité de perfectionner leurs compétences en français. Un programme de Certificat de compétence académique et professionnelle en français permettra à ces étudiants de maintenir ou d’atteindre un niveau de compétence en français en suivant des cours au choix dans les créneaux d’excellence de l’Université, tout en poursuivant leur formation en anglais dans les programmes d’études de leur choix. Il attestera de leur capacité à travailler en tant que professionnels dans des environnements bilingues.

Ce faisant, c’est tout un bassin de personnes qui ont des connaissances linguistiques reconnues qui sera créé au grand bénéfice des employeurs et de la société ontarienne puisqu’une main d’œuvre avec des compétences plurilingues et interculturelles est au cœur d’une économie mondialisée et d’une société inclusive. Selon certaines estimations, pas moins de 3500 étudiants francophones étaient inscrits dans les universités d’expression anglaise du CSO en 2016-2017, sans compter tous les étudiants bilingues issus des programmes de français langue seconde. De ne pas poursuivre, au-delà du cycle secondaire, un perfectionnement de la langue française, comme langue première ou seconde, est équivalent à retirer son investissement avant terme, sans un retour appréciable sur son placement initial et les apports additionnels au fil du temps.

9. En quoi l’UOF est-elle différente des autres universités?

L’UOF n’a pas de traditions institutionnelles en propre, elle n’a pas de passif. Elle peut donc se développer comme institution d’avant-garde qui pourra servir d’exemple pour les autres universités en Ontario et ailleurs au pays et dans le monde. C’est une chance unique!

L’UOF est …

…une université conçue différemment. Son design est une quête innovatrice tant au niveau de sa gouvernance, de sa structure administrative, de ses liens de partenariat avec les autres établissements et avec les collectivités, de son souci de la place des étudiantes et des étudiants, de sa signature pédagogique, du choix et du développement de ses programmes d’études, de son plan de recrutement du corps professoral, de sa vision du développement de la recherche, de l’accès aux connaissances, du design de son espace et de son environnement numérique.

… centrée d’abord et avant tout sur l’étudiant et l’étudiante. L’UOF veut les préparer à l’exercice de la citoyenneté, aux emplois et aux occupations de demain. Ses activités d’apprentissage visent à développer les compétences du 21e siècle, telles que la pensée critique, la résolution de problèmes, la créativité, l’esprit entrepreneurial, la communication, la collaboration, etc. Ses activités d’apprentissage plongeront étudiants et professeurs dans la réalité des problèmes complexes contemporains, afin qu’ils cernent et renouvellent les outils conceptuels, théoriques et méthodologiques qui contribueront le mieux à des solutions innovatrices. Les étudiantes et les étudiants apprendront aussi par l’expérience, en s’insérant directement dans le monde du travail et de l’engagement communautaire.

… un espace de collaboration. L’UOF enclenche une collaboration entre ses tous ses étudiantes, étudiants, professeures et professeurs dans des ateliers appelés tiers-lieux. L’UOF s’allie à une quinzaine d’institutions et d’organismes dans un Carrefour francophone du savoir et de l’innovation qui sera localisé au centre-ville de Toronto. L’UOF s’associe aussi à des établissements dans les différentes régions de l’Ontario pour enrichir son offre et étendre la portée de sa mission.

… une université connectée. L’UOF opte pour une immersion dans le numérique. Le choix judicieux des technologies de pointe permet une gestion rigoureuse des affaires et une gestion individualisée et participative des apprentissages. Le numérique fera entrer dans la classe les réalités choisies dans le monde entier et ouvrira plus largement l’accès à ses activités d’apprentissage. Elle choisit ainsi de livrer toutes ses formations en comodalité, c’est-à-dire à la fois en présentiel et en ligne.

… engagée envers le libre accès à la connaissance. L’UOF adhère au principe du libre accès aux connaissances. Elle a déjà fondé une revue scientifique francophone, Enjeux et Société. Approches transdisciplinaires, qui sera publiée en libre accès sur la plateforme Érudit. Cette revue va constituer un modèle à suivre pour les autres revues scientifiques. Dans la foulée des orientations adoptées par les organismes subventionnaires, l’UOF énonce déjà l’objectif de favoriser le libre accès immédiat et a le projet de disposer sous peu d’une politique à cet effet. L’université valorisera donc, chez ses professeurs-chercheurs, la publication de leurs travaux en libre accès immédiat.

 

* * * * *

1. Why is the UOF necessary?

French-speakers in Ontario have sought an autonomous French-language university of their own for over 40 years in order to complete the education continuum from elementary school to university. As such, the Université de l’Ontario français (UOF) is a capstone project for French-speakers in the province. Ontario has over 600,000 French-speakers, representing a mix of Ontarians going back many generations, people from other parts of Canada and immigrants. Ontario guarantees these French-speakers education in their language, and operates school boards across the province to support this constitutionally-protected linguistic minority. Much in the same way,

  • Quebec’s 800 000 anglophones have three universities;
  • Manitoba’s 40 000 francophones have one university;
  • New Brunswick’s 235 000 francophones have one university (with 3 campuses); and,
  • Nova Scotia’s 30 000 francophones have one university.

Ontario’s over 600,000 French-speakers need their first and only independent French university.

Before the Planning Board for the French-language university was created in 2016, there was five years of study by two separate advisory committees to the government. Both concluded a university was necessary to meet needs in the GTA and southwestern Ontario. An independent study commissioned by the government in 2017 also demonstrated strong student demand and market need for the GTA and southwestern Ontario. Other government studies have demonstrated the inequality from which Ontario’s French communities suffer.

This need was recognized by all political parties and received support in the provincial legislature. When the university was put forward as an initiative by the previous provincial government, it received all-party support. In the last provincial election campaign, the university also received all-party support. Our current Premier, Doug Ford, publicly committed to supporting the university before the election, and did the same once elected Premier. His Ministers, including Merrilee Fullerton (Training, Colleges and Universities) and Caroline Mulroney (Attorney General, and Minister for Francophone Affairs), also publicly committed to supporting the university.

The UOF has a provincial scope to its special mission, enshrined in the Act which created it and passed by the legislature of Ontario, to offer a range of university degrees and education in French to promote the linguistic, cultural, economic and social well-being of its students of Ontario’s French-speaking community. It seeks to fulfill this mission by providing all Franco-Ontarians, other Ontarians wishing to study in French, and other Canadians in addition to international students the opportunity to learn, live and study in French at its first campus in downtown Toronto. The UOF will progressively extend its scope province-wide.

2 . Are there enough students and demand to justify continuing with the project?

Yes. At present the GTA and southwestern Ontario are home to more than a quarter of a million French-speakers, drawn from Canada and around the world by the dynamism of this area. New French-language schools open every year. The French school boards in this area operate 110 elementary schools and 35 high schools with more than 40,000 students. Many thousands more study in French immersion schools, with significant yearly growth of students in immersion programs. Already almost as many French-speakers live here than in New Brunswick, home to the Université de Moncton. By the end of the next decade, it is projected that more than half of the French-speakers in Ontario will live in central and southwestern Ontario. When factoring in French-speakers from other parts of Ontario, the rest of Canada, and international students, it is hard to make the case that enrolment would not support a relatively small French language university in Toronto.

3. Is it sustainable, and how much does it cost?

Yes. The business plan of the university was developed in close cooperation with the same senior ministry officials who manage funding for the whole university system. The start-up cost for the university is budgeted at $84 million spread over eight years, with half expected to be federal funds. The average annual cost to Ontario is about $5 million for 8 years. This start-up cost amounts to 0.07% of the roughly $6.8 billion spent only in 2017-18 on postsecondary education. Simply put, halting the university’s operations will not lead to any significant savings, and could lead to a net loss through foregone economic activity.

4. Will it offer courses in professional areas? Does UOF plan to co-operate with other institutions?

Yes. The university has delivered on its first priority, designing innovative programs, focused on work-related and experiential learning, that prepare students to enter professional programs: an initial set of baccalaureate level programs were submitted early October for provincial approval, based on work by leading professors from across Canada and the world.  The whole model of the university is based upon leveraging existing resources in provincial bilingual universities to provide quality programs at the lowest cost. Discussions with some of these universities are already underway to structure a network of collaboration for professional areas. Here are some of the partners and areas actively being pursued, namely:

  • Alternative Teacher Training (requested by area French school boards and Ministry of Training, Colleges and Universities): a working group exists with partners including Université de Hearst (federated with Laurentian U.).
  • Common Law and Social Work with the University of Ottawa.
  • Master of Counselling with Université St. Paul (federated with U. Ottawa).
  • Master of Teaching with the Ontario Institute for Studies in Education (University of Toronto).
  • Professionally-oriented French upgrading and certification programs for students of English language universities in areas such as health sciences, pharmacy, dentistry and nutrition to prepare them to work in bilingual environments.

The university has also explored affiliations as a unique opportunity to form a pan-provincial network of universities (including discussions with Université de Hearst, l’Université SaintPaul and l’Université de Sudbury) serving and governed by Francophones. Our exploration of the possibilities of affiliations and partnerships has given rise to expressions of the intention by several institutions to join such a network.

5. Does the university already exist?

Yes. The law creating the university was passed in December, 2017 and remains in force. Its first employees started work in November 2017 and have been building towards serving the first cohort of students expected in 2020. One hundred professors and specialists from across Canada and the World have helped in designing the university’s pedagogical approach, programs, policies and regulations. The university’s first board of governors was named by the government of Ontario in April 2018 and they have been regularly committing their time to ensuring the success of the university through committee meetings, board meetings and in the community. As noted, UOF is actively forming partnerships with other postsecondary institutions, has an agreement in principle for a site to accommodate its first students, has recruited its first student advisory council and has also submitted its programs for approval to the Ministry of Training, Colleges and Universities.

6. If the government has already closed 3 new previously-approved campuses in Milton, Brampton and Markham, why should UOF stay open?

UOF regrets that proposed campuses of already-existing universities in Ontario did not receive continued government support. Some of these impacted universities have already indicated their intention to move forward with the projects, and UOF supports any expanded increase to education anywhere in the province. It should always be easier, cheaper and more accessible to receive an education in Ontario as opposed to harder, more expense and farther away from home.

While sharing many similarities with these 3 campuses, UOF is also different in many respects. Firstly, the three campuses were proposed projects from already-existing universities whose core operations and home campuses are not impacted by the decision. Similarly, the government decision to cancel the three campuses did not call into question the existence of the universities themselves. The proposed halt in support to the UOF would put a stop in the existing momentum and reduce the confidence of committed partners in Ontario, across the country and abroad.  This loss of momentum would seriously jeopardize the future establishment of the university.

Secondly, UOF exists to serve any and all students from Ontario, Canada and the world seeking to study in French, in Toronto. This is a special mission which has a province-wide scope and significance, also although based in the city of Toronto, the university would provide access to francophones everywhere in Ontario who currently do not have a French-language institution to attend either as a physical location or online-enabled learning. It is also important to note that the UOF has already been in discussions with other universities such as Université de Hearst, Université Saint-Paul and Université de Sudbury to explore opportunities for affiliation or other partnership models. Lastly, the UOF already has employees, a physical existing location and was scheduled to open the soonest, in 2020.

7. Why do we need this university if there are already French-language programs at other universities?

There are several other universities, including Ottawa and Laurentian, which offer a bilingual experience and programming in French. However, although there are two fully French colleges, and one smaller regional French language university in Hearst (federated to Laurentian), there is no fully independent French-language university in Ontario. Most of the roughly 300 French-language and bilingual programs available in Ontario are offered by the U. of Ottawa in the East and the Laurentian University system in the North. Glendon College offers some programs in French but mainly in a bilingual perspective.

This forces students who wish to study in French in Ontario at the university level to go to only a few universities where programming can be limited, and where they study alongside much more numerous English-speaking students who often have a much broader choice of programs. Both of the two main Ontario universities which also offer courses in French have a predominantly English-speaking student body. As a result, a fully autonomous French-language university is needed to support those who want to study in French in Ontario in a French-language environment. Ontario should not create a void that forces French-speaking students to attend institutions far away from home or out-of-province where there are significant additional costs to studying; or, to institutions where their official language is not the primary language of instruction.

The UOF seeks to fill this void and also to develop its own space by developing partnerships with English and French language institutions across Ontario and Canada which would create significant benefits for all students.

8. Will UOF contribute to training English students to be proficient in French language?

Finally, the third component of the university’s operations is based on its desire to support francophones and francophile students (immersion, extended French) enrolled in English partner universities of the GTA and the Centre-South-West, by offering them an opportunity to pursue language development in French through optional courses at UOF. This measure has the advantage of broadening students’ access to new streams of study and builds on the distinct mission of the autonomous French-language university. This program would lead to a certificate of linguistic competence and would allow students to maintain and achieve a level of academic mastery of oral and written French while continuing their English training in the programs and universities of their choice.

For employers and Ontario as a whole, multilingual skills are increasingly important to be a key player in the global economy. UOF would assist in the creation of a pool of candidates who have recognized language skills in both of Canada’s official languages. According to certain estimates, no less than 3,500 francophone students were enrolled in English universities in the Centre-Southwest in 2016-17. This is a low estimate, as this number does not include all bilingual students that come from French as a second language programs.  It is important that an autonomous university option in the GTA and broader region exists which enables students and parents to maximize the return on the investment in French-language competency they have made over the years in Enriched, Immersion and French-language schools boards.

9. How is the UOF different from other universities?

UOF has an advantage in that it is not weighed down by history and has not yet developed institutional traditions. As such, it can developed as a forward-thinking institution which could serve as an example to other universities in Ontario and elsewhere in Canada or the world. It’s a unique chance.

The UOF is …

… a university conceived differently. Its design is focused on innovation in terms of its governance, its administrative structure, its partnership with other institutions and communities, its concern for the place of students, its pedagogical signature, choice and development of its curriculum, faculty recruitment plan, vision of research development, access to knowledge, space design and digital environment.

… centered first and foremost on the student. The UOF wants to prepare students to be active citizens and to be ready for the jobs and occupations of tomorrow. Its learning activities aim to develop 21st century skills, such as critical thinking, problem solving, creativity, entrepreneurial spirit, communication, collaboration, etc. Its learning activities will immerse students and faculty in the realities of contemporary issues, so that they identify and renew the conceptual, theoretical, and methodological tools that will best contribute to innovative solutions. Students will also learn through experience, directly into the world of work and community involvement.

… a collaborative space. The UOF initiates a collaboration between all its students, professors and professors in workshops called third places. The UOF will also join forces with some fifteen institutions and organizations in a Francophone knowledge and innovation hub that will be located in downtown Toronto. UOF is also partnering with institutions across Ontario to expand its offerings and expand the reach of its mission.

… a connected university. The UOF has opted for immersion in the digital world. The choice of state-of-the-art technologies enables rigorous business management with the individualized and participative management of learning. Digital technology will bring the world’s chosen realities into the classroom and open up wider access to its learning activities. It chooses to deliver all its training in co-modality (face-to-face and online).

… committed to free access to knowledge. UOF adheres to the principle of free access to knowledge. The university has already founded a French-language scientific journal, Enjeux et Société. Approches transdisciplinaires, to be published in open access on the Érudit platform. This review will be a model to follow for other scientific journals. In the wake of the guidelines adopted by the granting agencies, the UOF states its objective of promoting immediate open access, and plans to have a policy for this purpose soon. The university will therefore value, in its professors-researchers, the publication of their work in free and open access.