Sauter au contenu principal Sauter au bas de page

9 mai 2019 : Toronto, ON : L’Université de l’Ontario français (UOF) est fière d’annoncer la nomination d’une première cohorte de professeurs associés. Il s’agit des professeures Laura Bisaillon et Emmanuelle Le Pichon–Vorstman, et des professeurs Philippe Blanchard et Stacy Churchill. Mesdames Caroline Joly et Cara Krezek de même que monsieur Alain Do Bi sont également nommés professeurs associés. À la suite de la recommandation du recteur par intérim de l’UOF, Normand Labrie, la nomination de cette première cohorte a été entérinée par le Conseil de gouvernance de l’UOF lors de sa dernière réunion ordinaire tenue le 17 avril 2019.

Les premiers professeurs associés cumulent des expertises et des expériences variées qui viennent enrichir le volet académique de l’université en matière de programmes d’étude, de pédagogie, de recherche et de mobilisation des connaissances.  Certains d’entre eux sont des collaborateurs de la première heure qui ont contribué à façonner la marque distinctive de l’UOF.  D’autres viennent s’ajouter à l’équipe alors que l’UOF progresse dans l’offre d’activités académiques.    

Citations 

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l’UOF, souligne : « Les professeurs associés composant la première cohorte ont l’expertise nécessaire à la réalisation de la mission académique de notre établissement. Leurs contributions viendront façonner notre vision en enseignement supérieur en français au bénéfice des francophones et des francophiles en Ontario, au Canada et à l’internationale ».

Normand Labrie, recteur par intérim de l’UOF, ajoute : « Par leur créativité, leur passion et leur détermination, je suis persuadé que les premiers professeurs associés de l’UOF seront en mesure de favoriser le plein développement de la vie académique et la réalisation des nombreux projets de l’UOF ».

Laura Bisaillon, professeure adjointe à l’Université de Toronto à Scarborough, commente : « Ceci me fait plaisir de contempler l’idée de travailler de pair avec francophones et francophiles du monde entier à l’UOF. Un autre pôle de recherche et d’enseignement supérieur en langue française est une feuille de route qui mènera vers un dynamisme et une visibilité accru de l’éducation en français en Ontario ». 

Philippe Blanchard, professeur agrégé au Collège d’art et de design de l’Ontario, explique : « J’ai choisi de m’associer à l’équipe académique de l’UOF car il me tenait à cœur de travailler dans mon domaine, les arts numériques en langue française. L’UOF m’a inspiré par l’approche progressiste à la pédagogie et les conversations de haut niveau entre collègues passionnés ».

Stacy Churchill, professeur émérite à l’Institut d’Études Pédagogiques de l’Ontario de l’Université de Toronto, rappelle : « Dès avant même la publication, en 1985, de mon étude Éducation et Besoins des Franco-ontariens, j’ai rêvé de la création d’une université sous contrôle des francophones eux-mêmes et entièrement vouée à l’épanouissement de la langue française et des cultures de la francophonie, tant canadienne que mondiale. L’UOF est la pièce qui manquait pour parfaire un système par et pour les Franco-ontariens de toutes origines ».

Emmanuelle Le Pichon–Vorstman,  professeure adjointe à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario de l’Université de Toronto : affirme « Dernièrement, Toronto a vu l’intensification de sa population francophone. Il en résulte un besoin croissant de professionnels capables de travailler en français et dans les langues additionnelles des nouveaux arrivants. L’Université de l’Ontario français répond à cette demande en fondant sa pédagogie sur le développement de compétences plurilingues et interculturelles des étudiants ainsi que sur l’inter- et transdisciplinarité de ses programmes ».

Caroline Joly, chercheure et agente principale – Chargée des opérations au Conseil de la coopération de l’Ontario, renchérit : « Ma volonté de m’associer à l’UOF relève de deux choses : un désir de bâtir un établissement d’éducation universitaire en Ontario où le savoir se construirait et se transmettrait en français, et la volonté de participer à un projet éducatif qui décloisonne les disciplines et qui, par son approche plurielle, permettrait aux étudiantes et étudiants de véritablement appréhender la complexité du monde actuel et d’innover sur le plan économique, social et environnemental ».

Alain Do Bi, directeur général au Réseau en immigration francophone du centre-sud-ouest, ajoute : « C’est un honneur et un plaisir pour moi de faire partie de l’équipe académique de l’UOF. Gouvernée par et pour les francophones de l’Ontario, opérant en français et résolument connectée sur le monde, l’UOF ouvre tout simplement de nouvelles perspectives pour nos jeunes ».

Cara Krezek ; directrice, Co-op, carrière et éducation expérientielle à l’Université de Brock, résume ainsi : « Je suis ravie de faire partie de l’équipe académique l’UOF et de collaborer avec des experts passionnés et novateurs. Chaque détail de l’université, de la pédagogie à la conception de la salle de classe, a été façonné avec un soin particulier pour optimiser l’expérience des étudiants, en mettant l’accent sur les compétences et l’éducation par l’expérience qui préparera l’étudiant du 21ème siècle à la transition de l’école au travail avec facilité ».

À propos de l’UOF

L’Université de l’Ontario français est issue du 21e siècle et elle prépare à l’exercice de la citoyenneté et aux occupations de demain. Gouvernée par et pour les francophones de l’Ontario, elle opère en français et est résolument connectée sur le monde. Le pluralisme, l’innovation, la collaboration et l’excellence guident l’UOF dans toutes ses activités. La connaissance est au cœur de son mandat. Elle facilite sa création, sa mobilisation et sa circulation dans des démarches de recherche et d’apprentissage transdisciplinaires, inductives et fondées sur l’expérience.

– 30 –

Pour tout renseignement ou toute demande d’entrevue :
housseyn.belaiouer@uontario.ca
(416) 428-7433

housseyn.belaiouer@uontario.ca

Back to top
Close Offcanvas Sidebar